Hoa Binh de Raoul Coutard

Hoa Binh de Raoul Coutard

 

France – 1969 – couleur – 1h20 – DVD

Prix de la première œuvre au Festival de Cannes 1970

Prix Jean Vigo 1970

Avec Huynh Cazenas, Phi Lan, Phuong Lan, Xuan Ha, Le Quinh et la participation de Danièle Delorme.

D’après le roman de Françoise Lorrain, la Colonne de cendres

Hoa Binh de Raoul Coutard
Hoa Binh de Raoul Coutard

Saïgon , la guerre dure depuis 30 ans. Un conducteur de cyclo-pousse décide de rejoindre les combattants du Viet-Minh. Sa jeune épouse Thu réussit à nourrir ses deux enfants en travaillant dur. Du village situé en banlieue, chaque jour, elle se rend au marché de Saïgon avec sa palanche, pour y vendre quelques denrées. Mais elle tombe malade et meurt. La tante chez qui les enfants s’étaient réfugiés pendant la courte maladie de leur mère les met dehors. Commence alors l’errance de Hung 11 ans et de sa petite sœur Xuan dont il s’occupe comme une mère. Les enfants rencontrent d’autres enfants seuls comme eux, affamés, démunis, dont les parents sont morts ou sont disparus. Alors qu’il ne sait plus que faire, Hung et sa sœur sont recueillis par une femme pauvre mais généreuse. La petite Xuan est placée dans une pouponnière. Hung trouve du travail dans une saline…puis leur père revient. Hung se précipite vers lui et demande à son père : « Dis papa, qu’est-ce que c’est la paix ? »

Hoa Binh signifie la paix en vietnamien.

Contrairement à beaucoup d’autres films, les faits de guerre ne sont presque pas montrés. La guerre sert de décor au film. Ce qui intéresse Raoul Coutard, c’est le regard de l’enfant vivant dans la guerre, ce sont les victimes civiles de la guerre. Un film émouvant, un réquisitoire contre l’absurdité de la guerre.

En supplément, une interview de Raoul Coutard qui, avec sa gouaille, nous parle du tournage, de ses deux acteurs principaux, les enfants, dont le naturel et l’innocence nous bouleversent.

 

Retour